LOGO SGDL TV
NOUS SUIVRE
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
Adherer à la SGDL Registre Balzac
Formations SGDL bouton5 Proteger
Repertoire des auteursbouton6 Don
bouton7 Massa
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Théâtre de l'Odéon

Lundi 18 novembre à 20h, sept hommes détenus, ayant obtenu une autorisation exceptionnelle de sortir, viendront présenter sur la grande scène de l’Odéon-Théâtre de l’Europe : COIFFURE MESSIEURS Une comédie écrite sous la direction de Sylvie Nordheim dans le cadre d’un atelier de théâtre Lire la suite

Résidence d'auteur internationale de l'Université de Lorraine

Parrainée par le romancier, cinéaste et universitaire Phlippe Claudel, l'appel à candidature est ouvert pour la résidence. Dépot des candidatures jusqu'au 13 janvier 2020 Lire la suite

Résidences de bande dessinée à la Villa Médicis et à la Maison des auteurs

Résidences de bande dessinée à l’Académie de France à Rome Villa Médicis et à la Maison des auteurs de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, en partenariat avec l'ADAGP.Dépôt des candidatures jusqu’au 15 novembre 2019 inclus. Lire la suite

Résidence d'auteurs au Cameroun

Dans le cadre de ses activités de promotion de la langue et de la culture française et francophone, l’Institut Français du Cameroun en partenariat avec la Fondation Jean-Félicien Gacha et l’Espace Culturel Gacha propose d’accueillir un auteur en résidence itinérante pour une durée de six semaines du 1er mars au 15 avril 2020.Dépôt des candidatures jusqu’au 10 octobre 2019 inclus. Lire la suite

Résidence d'auteurs de Scy-Chazelles

Lancement de la résidence d’auteurs de Scy-Chazelles (15 septembre-15 novembre) qui accueillera pour sa 4ème édition la romancière Fabienne Jacob. Lire la suite

Passerelle d'Europe

Navigation Littéraire Du 24 août au 27 octobre 2019 Pour la troisième année, l’association Caranusca organise une navigation littéraire sur les fleuves, canaux et rivières d’Europe avec un équipage composé d'invités français, belges et allemands. Le programme Lire la suite

Résidence de création littéraire au Canada

Fantastique Résidence !L'appel à candidature est ouvert aux auteurs.es français.es de polar et de nouvelles de genre (fantastique, horreur, anticipation) pour une résidence littéraire dans la ville de Gatineau (Québec, Canada) du 4 au 29 novembre 2019. Accédez aux modalités de candidature Une résidence de création littéraire remplie de frissons En partenariat avec différents acteurs de la scène littéraire canadienne dans le but de favoriser les échanges entre auteurs francophones, nous offrons la possibilité à un auteur de venir en résidence dans la ville de Gatineau durant le mois de novembre prochain. Lire la suite

Les portes ouvertes du CNL

NOUVEAU ! Portes ouvertes du CNL aux auteurs, illustrateurs, traducteursLe premier mardi de chaque mois, de 14h à 18h et sans-rendez-vous,le CNL ouvre ses portes aux auteurs, illustrateurs, traducteurs. Lire la suite

Recherche et Création en Avignon !

L'ANR et le Festival d’Avignon organisent la 6e édition des Rencontres sur « Traversées des mondes »Forum « Intelligences culturelles » Les 9, 10 et 11 juillet 2019Avignon – Cloître Saint Louis   Lire la suite

Appel à candidatures pour The Randell Cottage

La résidence du Randell Cottage accueille alternativement chaque année un auteur français et un auteur néo-zélandais. Elle est organisée par l’Ambassade de France en Nouvelle-Zélande en partenariat avec le Randell Cottage Writers’ Trust et la Arts Foundation of New Zealand.       Lire la suite

Appel à candidatures pour la bourse « Écrivain » de la Fondation Jean-Luc Lagardère

La bourse « Écrivain » (25.000 euros) est attribuée chaque année à un jeune auteur francophone de moins de 30 ans qui a un projet de roman en français. L’auteur doit avoir déjà publié un roman, une pièce de théâtre, un recueil de nouvelles ou de poèmes. Les dossiers de candidatures sont téléchargeables sur le site de la Fondation (www.fondation-jeanluclagardere.com) et doivent être retournés à la Fondation au plus tard le 8 juin 2019. Lire la suite

Appel à candidatures pour résidence d'auteur·e en Lorraine

L’unité de recherche de l’Université de Lorraine, le CREM (Centre de recherche sur les médiations) s’est associée au Conseil Départemental de la Moselle et à la Mairie de Scy-Chazelles afin de mettre en place depuis 2016 une résidence d’auteur·e du 15 septembre au 15 novembre 2019 au sein de la Maison de Robert Schuman. Date limite de dépôt des candidatures 30 avril 2019. Lire la suite

Résidences d'auteurs en Ile-de-France

Le programme de résidences de la Région Ile-de-France permet d'associer un auteur et un lieu culturel francilien, pour une période de 2 à 10 mois, via une bourse de 2 000 € par mois. Prochaines dates limites de dépôt de dossier : 30 juin et 15 décembre 2019. Pour en savoir plus : https://www.iledefrance.fr/programme-de-residences-decrivains Lire la suite

La Cité internationale des Arts lance un appel à candidatures pour des résidences d’auteurs en Turquie

Mis en œuvre par l'Institut français de Turquie, l'Ambassade des Pays-Bas à Ankara, le Goethe-Institut et la Fondation d'Istanbul pour la culture et les arts (İKSV), le projet « Be Mobile-Create Together » vise à promouvoir les échanges artistiques et culturels entre l'Europe et la Turquie par la création d'un réseau interdisciplinaire et multidisciplinaire de résidences d'artiste. L'objectif de ce programme est de permettre aux artistes de faire des recherches et créer un projet artistique dans les pays qu'ils visitent. Lire la suite

La cité internationale des arts lance un appel à candidatures pour des résidences

A partir de juillet 2019, cet appel à candidatures pour des résidences est ouvert à tous les artistes auteurs, âgés de 18 ans et plus, qui souhaitent solliciter une résidence pour une durée de 2 à 12 mois à Paris. Lire la suite

Un nouveau service pour les auteurs de la SGDL

L’Hôtel de Massa est la maison des auteurs.  Pour que vous puissiez en profiter à titre individuel pour une lecture, une dédicace, une rencontre ou un évènement privé, vous avez dorénavant la possibilité de privatiser le Salon Colette. Lire la suite

Appel à candidature pour la mise en place d’une résidence d’auteur au Mans

L’association La 25e Heure du Livre, la Ville du Mans, la D.R.A.C des Pays de la Loire lancent un appel à candidature pour la mise en place d’une résidence d’auteur. Elle est co-organisée par le service Culture de la Ville du Mans qui est aussi engagé dans le développement des animations et médiations liées à la lecture publique - découverte de la littérature contemporaine, promotions de la lecture et de l’écriture – Cette résidence est soutenue par la DRAC des Pays de la Loire dans le cadre des dispositifs d’aide à la création littéraire. La durée du séjour est de 3 mois répartis sur l'année scolaire 2019/2020 Appel à candidature pour la saison 2019-2020   Lire la suite

Kettly Mars, écrivain


Le thème proposé par la SGDL, «Le choix d'un éditeur» m'a fait sourire. Dans ma tête, la notion de choix implique opportunités, options, disponibilités. Dans mon expérience - et je peux parler au nom de la majorité des écrivains haïtiens vivant en Haïti -, le thème serait de loin plus réaliste s'il s'intitulait plutôt «La chasse à l'éditeur» ou encore «Les hasards de l'édition».

Je vais illustrer mon propos par une anecdote racontée par mon collègue et ami l'écrivain Gary Victor, originaire de Port-au-Prince comme moi. Gary fait le métier d'écriture depuis bien plus longtemps que moi mais notre parcours est à peu près similaire et nous sommes édités actuellement par la même maison. Il y a quelques années, en Guyane où il participait à une rencontre littéraire, une petite fille de 8ans s'ennuyait dans la salle, et lui aussi probablement. Ils ont lié connaissance, Gary lui a sûrement raconté l'une de ces merveilleuses et effrayantes histoires pour enfants dont il a le secret. Tout heureuse de sa nouvelle connaissance, la petite fille lui a pris la main pour le présenter à sa mère. Et sa mère était... l'éditrice. C'est ainsi qu'a débuté leur collaboration qui porte des fruits. Je constate de plus en plus, surtout après ce séjour en France que, malheureusement, talent mis à part, être édité c'est surtout avoir des relations, entretenir des connaissances, donner dans la débrouillardise. Et pour ceux qui n'ont pas ce tempérament ou des antennes opportunistes, les chances sont minces de «sortir». Une difficile et frustrante réalité.

Il me semble aussi qu'on n'est pas reconnu écrivain, que l'on n'existe pas tant qu'on n'est pas édité dans certains milieux ou dans certaines métropoles françaises. J'apprécie l'opportunité de participer à ce festival francophone où vraiment je m'enrichis de tous ces contacts, de toutes ces rencontres, des expériences partagées. L'un des critères de sélection des écrivains invités était d'avoir été publié en France. Je regrette ces contraintes qui entravent l'élan d'un écrivain. Si je n'avais pas eu la chance (le privilège ?) d'être éditée en France j'aurais raté cette opportunité et ce serait vraiment dommage pour mon pays, car à travers moi c'est la culture, l'histoire, la voix de mon pays qui sont portées en avant. J'ai une occasion précieuse de faire voir autre chose, d'apprendre aux autres des aspects de ma réalité bien différents que les images souvent négatives qu'ils reçoivent des médias.

J'ai publié cinq ouvrages en Haïti à compte d'auteur. Pourquoi ? D'abord, il n'y a que deux ou trois maisons d'édition en Haïti. En fait de maisons d'éditions, ce ne sont surtout que de grandes imprimeries spécialisées dans la publication des livres scolaires. Il arrive parfois qu'elles éditent un ouvrage de fiction, mais c'est sur recommandation, ou pour s'aménager un retour d'ascenseur. Même dans ces cas, il n'y a pas de travail éditorial qui est fait. L'auteur doit vraiment présenter un manuscrit prêt à aller sous presse. Il décide de sa couverture, du format du livre, de ses couleurs, de sa police d'impression. C'est un travail qui est fait de A à Z par l'auteur qui, faute de moyens, s'improvise graphiste et très souvent doit avancer la majeure partie des frais de publication ! Voilà à quoi se résume l'édition en Haïti. 98 %, des écrivains s'auto-éditent.

J'ai fait cette expérience une première fois en me disant que je chercherais ailleurs entre-temps. Je me suis évertuée à trouver des adresses, des informations sur Internet pour expédier des manuscrits en France. Les frais postaux considérables. L'attente. Rien. C'est encore Gary Victor qui a glissé mon nom à son éditeur parce qu'il apprécie mon travail et voulait que je profite de cette diffusion que nous recherchons tous vers les pays francophones. Cet éditeur a eu le mérite de se déplacer en Haïti, de venir à la rencontre du lectorat haïtien, accompagné de son auteur qui sortait un nouveau titre. C'est à cette occasion que je l'ai rencontré, que je lui ai donné un manuscrit et ça a marché tout de suite.

Actuellement, en Haïti, nous sommes environ une dizaine d'écrivains édités à l'étranger, et particulièrement en France, et parmi ces huit écrivains, nous sommes trois femmes. On a tendance à considérer avec envie ceux qui ont franchi cette barrière, comme des rescapés, des privilégiés. Nous avons pu grimper le mât suiffé, c'est un exploit, une prouesse qui tourne la tête à certains et qui les rend désagréables, parce qu'ils perdent la mesure des choses, oubliant finalement l'objectif principal qui est la poursuite de la beauté, l'amitié, la chaleur et tout ce qui passe à travers l'écriture.

L'expérience de Samuel Millogo répond à un besoin. Beaucoup d'auteurs publient à perte mais ils le font quand même parce qu'ils ont besoin du nom d'une maison d'édition dans leur CV, pour leur donner accès à d'autres tremplins, à d'autres étapes. Mon expérience avec un éditeur, la première, est positive. Plus qu'une relation commerciale avec un éditeur, je désire surtout avoir une relation humaine, car je lui confie quelque chose de très précieux, et ça me rassure de voir que cette personne valorise cet objet précieux. Elle veut me connaître, comprendre mes motivations pour créer et pouvoir me conseiller aussi. Et puis il y a tous les aspects techniques et de promotion qui sont pris en charge et soulagent l'écrivain d'un poids très lourd.

Pour ce qui est des «collections» chez certains éditeurs, au prime abord cette idée me dérange. Je dois le dire honnêtement. Mais en voyant le travail d'un éditeur comme Bernard Magnier chez Actes Sud, par exemple, j'y suis moins hostile. Je comprends cet aspect de canalisation qui devrait me faciliter, par exemple, la découverte d'auteurs africains éparpillés dans des langues et régions de ce continent immense. Mais, a priori, réflexe d'ancien colonisé, je vois ça comme une sorte de négrier culturel. On est tous sur le même bateau, les anciens esclaves, enchaînés par cette langue française (spontanée ou traduite), héritage qui nous délivre et nous maintient en même temps dans une mémoire indélébile. Mais c'est nos problèmes, ce n'est peut-être pas votre intention, mais c'est comme ça qu'on le perçoit, qu'on le reçoit.

0
0
0
s2sdefault